Analyse

Espérance de vie : six ans d’écart entre les cadres et les ouvriers

Un homme cadre vit en moyenne six ans de plus qu’un ouvrier. Cette inégalité entre classes sociales persiste. Une analyse extraite du Centre d’observation de la société.

Publié le 24 août 2023

https://www.inegalites.fr/Esperance-de-vie-six-ans-d-ecart-entre-les-cadres-et-les-ouvriers - Reproduction interdite

Modes de vie Catégories sociales Santé

Un Français âgé de 35 ans peut espérer vivre jusqu’à 81,4 ans en moyenne et une Française jusqu’à 86,6 ans, selon les données 2018 publiées par l’Ined [1]. Ces moyennes cachent des écarts importants selon les milieux sociaux. Les hommes cadres peuvent compter vivre jusqu’à 84,7 ans, contre 79 ans pour les ouvriers. L’espérance de vie (voir encadré) monte même à 88,5 ans pour les femmes cadres, contre 84,9 ans pour les ouvrières.

L’inégalité d’espérance de vie entre cadres et ouvriers se situe à un peu moins de six ans pour les hommes et à trois ans et demi pour les femmes. Un chiffre quasiment identique à ce qu’il était dans les années 1970 et qui a très peu évolué depuis [2]. Les chercheurs de l’Ined estiment que les cadres profitent en moyenne de deux années supplémentaires de retraite [3].

Les inégalités d’espérance de vie entre milieux sociaux sont le produit de nombreux facteurs. La durée de vie dépend d’abord de la pénibilité physique du travail : les ouvriers travaillent dans des environnements beaucoup plus pollués, portent davantage de charges lourdes dans des postures difficiles à tenir, par exemple. La crainte de perdre son emploi contraint une partie des travailleurs à ne pas déclarer, ou plus tardivement, certaines maladies professionnelles. Ces inégalités tiennent aussi aux habitudes de vie des différents milieux sociaux, la consommation de tabac ou d’alcool par exemple, surtout chez les hommes. Enfin, les catégories privilégiées fréquentent davantage les médecins et accèdent plus facilement aux soins les plus coûteux de manière précoce ; alors que les catégories populaires valorisent l’endurance du corps et se soignent plus tardivement.

Les gains d’espérance de vie, même s’ils ralentissent ces dernières années, ont été considérables depuis la Seconde Guerre mondiale. Depuis les années 1960, l’espérance de vie a augmenté de 12 ans et demi pour les hommes comme pour les femmes. Comme tous les milieux en ont profité autant, les écarts se sont maintenus. À l’avenir, la réduction des inégalités sociales de santé dépendra des politiques de prévention auprès des jeunes comme des adultes. ll faudrait par exemple développer les politiques de lutte contre la consommation d’alcool comme on le fait pour le tabagisme. Enfin, la baisse dépendra pour beaucoup de la prise en compte de l’usure des corps au travail, qui elle-même est le résultat à la fois de la manière dont est organisée l’activité professionnelle (appareils de protection, nouveaux équipements, etc.) mais aussi de la durée du temps de travail.

Lecture : les hommes cadres âgés de 35 ans en 2018 ont une espérance de vie de 84,7 ans.
Graphique Données
L’espérance de vie : une prévision
L’espérance de vie à la naissance mesure le nombre moyen d’années que vivrait un nourrisson, compte tenu des conditions de mortalité du moment. Pour la calculer, on tient compte des taux de mortalité à chaque âge, une année donnée. Mais au cours de sa vie, ce nourrisson ne connaîtra pas les conditions de mortalité de l’année de sa naissance. On ne devrait pas dire que les Français « vivent » en moyenne X années, mais qu’ils peuvent « espérer » – si rien ne change côté mortalité – vivre X années. Sauf catastrophe, la probabilité est grande pour que le niveau de santé s’améliore et qu’un nourrisson vive plus longtemps que ce que l’on prévoyait l’année de sa naissance. L’espérance de vie est bien une prévision de durée de vie et non une durée de vie réellement vécue.

Extrait de « Espérance de vie : six ans d’écart entre les cadres et les ouvriers », Centre d’observation de la société, 24 mai 2023.

Photo / CC Coen Staal


[1« Les ouvriers vivent moins longtemps que les cadres », Florian Bonnet et al., Population et Sociétés n° 611, Ined, mai 2023.

[2Les données ne sont pas exactement établies avec la même méthodologie que celles, plus anciennes, de l’Insee, mais les ordres de grandeur sont très similaires. Voir notre article « Les inégalités d’espérance de vie entre les catégories sociales se maintiennent ».

[3L’écart de durée de la retraite est moins grand que pour l’espérance de vie, car les ouvriers partent en moyenne plus tôt à la retraite.

Commandez le « Rapport sur les discriminations en France »

Le « Rapport sur les discriminations en France » de l’Observatoire des inégalités réunit des données sur les discriminations, que leur motif soit la couleur de peau, l’origine, le sexe, le handicap, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou encore l’appartenance syndicale. Il apporte également les explications utiles sur la définition et la mesure des discriminations.


Commander
Date de première rédaction le 24 août 2023.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Sur ce thème